Les quartiers d’Izmir

Il n’y a pas assez d’informations concernant les quartiers qui ont été façonnés lors de la segmentation religieuse / ethnique: le quartier habité par les Français et les Grecs est la frontière et comprend plusieurs points de vente, entrepôts et cafés. Le quartier arménien est en avance. Le quartier turc couvre toute la région supérieure de la ville et donc le versant ouest de la colline de Pagos. Les Juifs dorment dans un espace très bas entre les quartiers turc et arménien. (1840 / 262-263) les informations les plus efficaces concernant les quartiers du port sont mentionnées dans le guide de 1895: «Le port non musulman, parce qu’il est nommé par les Turcs, est divisé en cinq quarts de cette unité de surface. Le quartier musulman se distingue bien avec ses minarets blancs et ses cyprès noirs qui s’élèvent entre les minarets. l’unité d’habitation hors de l’océan et l’unité de surface alignée aspect par aspect à la périphérie de la montagne et la plupart ont des balcons avec une excellente lecture. L’unité des rues est mince et les fenêtres et les toits font saillie vers l’extérieur. Le quartier près du rivage est à la mode et comprend une toute nouvelle prison, le manoir du gouverneur, une caserne et un lycée. Le quartier judaïque s’étend entre les quartiers turc, arménien et grec. cela peut être la moitié la plus pauvre de la ville et bien que des rénovations aient été réalisées ces dernières années, elle est pauvre et surpeuplée. Le quartier arménien est à côté du quartier grec. Le quartier grec est entre le quartier arménien et la rue française et c’est un quartier à la mode. bien que l’agence grecque des Nations Unies ne vive pas ici avec les races opposées, elles dormiront dans des quartiers alternatifs. L’avenue française est peuplée de Grecs et d’Européens. La séparation nette entre les quartiers au sein des éléments inférieurs de la ville est clairement visible. le quartier de l’UE s’étend sur tous les moyens de l’église S. Photini à Punto à la frontière. » (1895/70).